Crème fraîche et huile d'olive

Thon Zanzibar, une histoire d’îles

20160921_210811

Recette, Voyages | septembre 20, 2016 | By

Vous connaissez l’île de Ré? 

C’est un endroit paisible et magique sur la côte atlantique en face de la Rochelle. La famille de Crème fraîche possède une charmante résidence secondaire sur l’île, près du phare, et ça fait plus de 10 ans que j’ai le plaisir d’arpenter ses plages et pistes cyclables.

C’est sur l’un des marchés de l’île de Ré que j’ai découvert une jolie marque bretonne de conserves de poisson appelée « La Belleiloise ». La conserverie est originaire de la péninsule du Quibéron, en Bretagne, mais pour moi le goût de leurs préparations originales sont irrémédiablement associées aux apéros estivaux de l’île de Ré.emiette-de-thon-zanzibar-aux-pruneaux-et-epices-la-belle-iloise-s162

J’ai un faible pour leur Thon Zanzibar, une petite conserve de miettes de thon aux épices et aux pruneaux. L’odeur et la texture rappellent un peu le tajine, il y a un côté sucré salé dont je raffole.

Zanzibar est une île de l’Océan indien au large de la Tanzanie. Longtemps une île-état, port de commerce des épices, je trouve que le nom est bien trouvé. L’île incarne un métissage des cultures et des saveurs qu’on retrouve bien dans cette concoction aux chaleureux accents orientaux.

Hors pause estivale, mon stock est souvent consommé comme repas d’appoint sur le pouce quand le temps ou la motivation se font rares. Ma gourmandise a cependant tendance à trouver frustrants les 100 grammes du conditionnement de la boîte. J’ai donc longtemps cherché à reproduire la recette pour retrouver le plaisir à grande échelle.

Je ne suis pas la seule à avoir essayé, j’ai trouvé une première version sur le blog de Cuisine et couleurs.

Après plusieurs tests et variantes, nombre d’entre eux assez ratés, je vous livre ma version. Faisable avec du thon surgelé, la texture est bien meilleure si vous partez de thon frais. Si vous avez des restes et assez de sauce réduisez le thon en miettes et conservez au frigo, ça donne une mélange à tartiner du plus bel effet ! 

J’espère que vous retrouverez dans ce plat les pouvoirs magiques des épices.

Thon Zanzibar
Serves 2
Write a review
Print
Ingredients
  1. 2 pavés de thon coupé en cubes
  2. 10 gros pruneaux
  3. 1 belle échalote
  4. 1 petite boîte de chair de tomates
  5. 1 gousse d’ail
  6. 2 clous de girofle
  7. 3 pincées de cannelle (pas plus)
  8. 2 pincées de cumin
  9. 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
  10. 1 verre de vin blanc
  11. Huile d’olive
  12. Sel
  13. Poivre
Instructions
  1. Faites chauffer l’huile dans la cocotte et faites-y revenir l’oignon et l’ail à feu doux.
  2. Quand l’oignon est transparent rajoutez la chair des tomates et laissez réduire 3mn.
  3. Quand l’eau de la tomate s’est évaporée, rajoutez le thon et les épices, faites revenir à feu moyen pendant 2 mn.
  4. Déglacez avec le vinaigre et laissez réduire pour 1 minute.
  5. Versez le vin blanc et ajoutez les pruneaux. Salez et poivrez bien.
  6. Laissez mijoter à feu très doux pendant 10mn.
  7. Servez avec du riz.
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
14329309_10108862164842434_646900507_o 20160921_210811

Salmorejo, l’or rouge

7-20160720_113916

Recette, Voyages | septembre 11, 2016 | By

Je ne présente plus le gazpacho, soupe froide espagnole rafraîchissante que toute l’Europe déguste été comme hiver. Un peu comme pour la tortilla, cette soupe populaire a autant de recettes qu’il y a de cuisiniers et personnellement je préfère la version en brick d’Alvalle que vous pouvez trouver dans les rayons de n’importe quel supermarché.

En Espagne Alvalle propose également une autre soupe froide, qui n’a malheureusement pas encore franchi la frontière : le Salmorejo.

Petite élue de mon cœur, l’évocation de cette recette andalouse originaire de Cordoue suffit à me faire frémir et frétiller d’envie. Je m’excite pour un rien en cuisine, je vous l’accorde, mais je ne conçois pas de meilleur accompagnement pour une belle assiette de jambon espagnol que le Salmorejo.

Ne vous laissez pas berner à la couleur, le Salmorejo N’EST PAS un gazpacho. Il s’agit d’une émulsion de chair de tomates et d’huile d’olive, densifiée avec de la mie de pain rassis. Dit comme ça, les ingrédients manquent de noblesse et on pourrait croire que c’est une sauce tomate améliorée. Erreur de taille. Sacrilège même. Cette préparation peut devenir de l’or dans votre assiette… Pour ne rien vous cacher c’était au menu de notre mariage! Comme entrée ou en verrine à l’apéro, elle fera des adeptes, promis, craché, juré  !

Voici ma recette. J’insiste lourdement sur le MA recette, vous trouverez 10 versions différentes du vrai salmorejo, je vous livre celui qui s’est frayé un chemin jusque ma table… La seule vérité qui compte est celle des assiettes vides !

Plus vos tomates seront mûres et charnues et plus votre huile d’olive sera bonne, plus la recette sera réussie. 

Salmorejo
Serves 4
Write a review
Print
Ingredients
  1. 1kg de tomates rouges bien mûres et charnues (tomates poire par exemple)
  2. 1 gousse d’ail
  3. 200 grammes de mie de pain de la veille
  4. 125ml d’huile d’olive
  5. 2 cuillérées à soupe de vinaigre de Xères
  6. Sel
  7. 2 œufs durs
Instructions
  1. Pelez, épépinez et réservez la chair des tomates d’un côté et le jus de l’autre. Il devrait vous en rester environ 600gr de chair de tomates.
  2. Mixez la chair jusqu’à obtenir une purée le plus lisse possible. Rajoutez l’huile d’olive progressivement en mixant en continu. Si vous n’avez pas de robot mixeur allez-y cuillérée à cuillérée.
  3. Rajoutez la gousse d’ail. Vous pouvez commencer par mettre une ½ gousse, goûtez, et si ce n’est pas trop fort pour vous, rajoutez l’autre moitié. Rajoutez le vinaigre.
  4. Vous aurez laissé pendant ce temps la mie de pain gonfler dans le jus des tomates. Egouttez en prenant soin de ne pas transférer trop de pépins dans le mélange. Rajoutez progressivement au mix jusqu’à obtenir une texture dense et crémeuse, qui ne coule pas.
Notes
  1. Coupez les œufs durs en morceaux et servez dans des bols, chacun saupoudrera à sa guise. Si vous ne servez pas avec une assiette de jambon, vous pouvez détailler en cubes 2/3 tranches de jambon pour agrémenter le plat.
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
Ébouillantez les tomates pour les peler

Ébouillantez les tomates pour les peler.

5-20160720_121133

Tomates salmorejo

Réservez la chair des tomates

2-20160720_122659

Faitez tremper votre pain dans le jus des tomates

1-20160720_131107

Et voilà, vous avez une mixture lisse et onctueuse à manger à la cuillère ou dans laquelle tremper du pain pour manger avec des belles tranches de serrano  !

 

La salade parfaite

Salade fraises asperges et chèvre

Recette, Voyages | juillet 20, 2016 | By

Aujourd’hui j’aimerai vous parler salade. Je ne sais pas pour vous, mais personnellement par plus de 30ºC l’idée de macérer à proximité des feux et du four devient simplement insurmontable.

Il me faut du frais, du cru, du bon et du vite fait… j’ai trop d’apéros en vue pour passer la journée en cuisine !

A l’évocation du mot salade l’imaginaire de chacun peut faire accourir une image différente. De la pauvre feuille de laitue iceberg, blanchâtre, triste et esseulée au milieu d’une assiette, au véritable festin bouche-artères paré de quelques feuilles vertes pour masquer son indécence, l’éventail est très large.

J’ai découvert ce printemps la salade parfaite dont l’image se superpose désormais à toutes les autres dès que j’imagine une salade

Au mois d’avril, avons rendu visite à un vieil ami à Budapest. Un weekend drôle et déjanté dans une ville à voir absolument, de préférence de la main de locaux pour mieux en comprendre le fonctionnement et les particularités.

Nous avons eu la chance d’être initiés à la cuisine locale. J’ai notamment découvert le porc mangalitza, une espèce locale de cochon laineux et frisé à la chair persillée qui était un vrai régal. Presque disparus pendant les années communistes, l’élevage de ces cochons revient en force en Hongrie. La viande du mangalitza est désormais revendiquée par la gastronomie locale comme LE produit du terroir, au même titre que le foie gras d’oie et du Tokaji, un vin blanc liquoreux qui se marie au canard avec la douceur soyeuse des meilleurs Monbazillac…

Je ne m’égare pas, loin de là : en dépit des excellents restos et des nombreuses découvertes gourmandes que nous avons fait à Budapest c’est une salade qui restera gravée dans ma mémoire comme la meilleure surprise du week-end !

Après une soirée un brin excessive, arrosée de Palinka (une eau de vie locale à base de prunes que je ne vous conseille pas) nous avons été dégorger nos pauvres petites cerveaux -amoindris par la cuite- aux thermes Széchenyi. L’eau ouvrant l’appétit, nous avons fini dans un petit resto de quartier.

En entrée,  les produits de saison simplement disposés sur l’assiette : salade d’asperges, chèvre et fraises.

Pour moi, un coup de foudre.Salade fraises asperges et chèvre

Une base de roquette et mâche, des asperges cuites, en morceaux, des fraises en quartiers, des petits morceaux de chèvre -friable et frais en bouche-, saupoudrée d’amandes effilées et grillées. Le tout relevé par un trait d’huile et de vinaigre balsamique. 

Rafraîchissant, croquant, délicieux. L’entrée parfaite ou le dîner frugal, prêt en 10mn.

Sophistiquée dans sa simplicité, étonnante, je n’ai cessé de faire et refaire cette recette depuis mon retour et je ne pouvais pas la garder pour moi.

Vous voulez essayer ?

Salade fraises et asperges
Write a review
Print
Ingredients
  1. 1 botte d'asperges vertes
  2. 1 caisson de fraises
  3. 1 petit fromage de chèvre fraible - type crottin de chavignol affiné
  4. 1 sachet de jeunes pousses, de mâche ou de roquette
  5. 1 poignée d'amandes effilées
Instructions
  1. Faites cuire vos asperges à la vapeur ou à l'eau, 7mn dans l'eau bouillante à la reprise du frémissement.
  2. Grillez les amandes effilées dans une poèle à sec sans matière grasse. Réservez dès qu'elles commencent à dorer.
  3. Lavez et coupez les fraises en quartiers.
  4. Coupez le fromage en dés.
  5. Passez les asperges cuites à l'eau froide, découpez en tronçons de 2/3cm.
  6. Mélangez le tout dans un bol, assaisonnez d'un trait de vinaigre balsamique et d'huile d'olive.
  7. Savourez !
Notes
  1. La recette sert pour un dîner pour 2 ou une entrée pour 4. A vous de voir avec qui vous la partagez...
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
Salade fraises asperges et chèvre

Ma version est moins esthétique que l’hongroise, mais goûtez et vous m’en donnerez des nouvelles !

MA recette de tortilla espagnole

Tortilla

Recette, Voyages | juin 29, 2016 | By

La tortilla est un des incontournables de la gastronomie espagnole. C’est à l’origine un plat de pauvres, les œufs étant chers, on y rajoutait des pommes de terre pour en faire un plat plus grand avec moins d’œufs. Bien que pas très sophistiqué, c’est un plat qui fait toujours l’unanimité. Un peu comme les quiches et les tartes, elle se prête assez bien au transport pour pique-niques et fêtes diverses. C’est très gras, ça baigne littéralement dans l’huile d’olive au point que vous risquez de sentir vos hanches s’épaissir rien qu’en la regardant de près, mais c’est tellement bon…

Tout espagnol revendique connaître la meilleure recette du monde : celle de sa mère ou sa grand-mère, voir une grande tante qui est née pour ça. Aujourd’hui je vais vous livrer la mienne, gardez cependant en tête que ce n’est qu’une recette parmi d’autres !

La tortilla est vraiment simple à faire, elle a 5 ingrédients de base : des pommes de terre, de l’huile d’olive, des œufs, du sel… et de la patience. J’ai dit simple, pas rapide !

Les débats sur la recette peuvent atteindre les mêmes décibels qu’une conversation autour du foot, et les différents tournent autour du avec ou sans oignon, avec ou sans persil. Les autres grandes discussions concernent la texture, en fonction des goûts, elle peut être plus ou moins baveuse. Dans les bars et restaurants, où vous pouvez manger une tortilla cuisinée il y a quelques heures, voir la veille, la tendance est donc à bien cuire la galette pour éviter la salmonellose et autres risques inhérents aux œufs crus. A la maison, où elle se mange directement sortie de la poêle, les textures sont souvent plus baveuses.

La recette de la tortilla peut susciter des échanges passionnées qui durent longtemps et arrivent rarement à un consensus. J’ai déjà tenu une battle dans ma cuisine : trois cuisiniers, trois tortillas, trois recettes, trois textures : et chacune avait ses adeptes… Chacun a sa façon de faire et le problème de ce plat est qu’il est difficile de donner une recette universelle. 

Une fois que vous maîtrisez la concoction de base vous pouvez la personnaliser à votre sauce et selon vos envies : dés de jambon, poivrons, courgettes.. Brodez et laissez parler votre créativité, mais par pitié, pas de mayonnaise ! 

Je recommande de choisir pour ce plat des grosses pommes de terre. Les petites, ça marche aussi, mais c’est plus long et plus pénible à éplucher. Pour doser la règle est une patate moyenne =  un œuf. Pour les gourmands il faut compter une pomme de terre par personne. 

Une patate, un oeuf

Ma mère (oui, il y a des traîtres dans ma propre famille) mélange les huiles pour que le goût soit moins fort et fait moitié huile d’olive moitié tournesol.

Personnellement je préfère la version 100% huile d’olive, vierge extra pour plus de précisions. La qualité de l’huile et celle de la tortilla sont étroitement corrélées. Cependant, si vous trouvez le goût d’huile d’olive trop écoeurant, la possibilité de faire des mélanges existe.

Mon instant chauvin

Mon instant chauvin

Pour moi la clé de la tortilla est de faire confire les pommes de terre dans l’huile d’olive. Elles doivent cuire longtemps à feu doux complètement recouvertes d’huile sans frire ni dorer de trop. 

 

Tortilla
Serves 4
Write a review
Print
Ingredients
  1. 4 patates moyennes
  2. 4 œufs
  3. 250ml d’huile d’olive
  4. 1 oignon
  5. 1 petite poignée de persil frais
  6. Sel
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
20160628_195041

Découpez les pommes de terres en lamelles fines, de 2/3 mm environ. Vous pouvez les faire plus épaisses, ce qui est important c’est que vos pommes de terre aient une épaisseur homogène pour que la cuisson le soit aussi, autrement vous risquez de vous retrouver avec des morceaux pas cuits d’un côté et des morceaux trop dorés de l’autre. 

20160628_195939

On commence par faire dorer très très légèrement l’oignon avec un fond d’huile d’olive. Quand ils deviennent transparents et ils commencent à roussir vous pouvez rajouter les pommes de terre et l’huile.

20160628_200210

 

Concernant l’huile d’olive, il faut en mettre vraiment beaucoup. Si vous pensez que vous en avez trop mis, mettez-en encore. Quand vous commencez à vous dire que ce truc est un attentat diététique, vous y êtes pas encore, continuez à verser. Une fois vous pouvez sentir vos artères commencer à se boucher par la simple contemplation de la quantité d’huile dans laquelle baignent vos pommes de terre… vous y êtes.

Je ne peux pas vous donner une mesure exacte, car la quantité d’huile dépend fortement de la qualité de votre pomme de terre, et de si elle boit beaucoup ou pas. 1 gros verre a eau, soit 250ml d’huile suffisent en général à les napper. Dans tous les cas mieux vaux en mettre trop que pas assez, vous pourrez toujours les égoutter avant de mélanger aux œufs.

20160628_201724

 

Vos pommes de terre vont cuire couvertes à feu très doux pendant 40mn environ. Vous devez touiller régulièrement sans jamais les laisser dorer comme des frites. Si elles commencent à roussir et à coller, votre feu est trop fort ou il n’y a pas assez d’huile (je vous l’avais dit) et il faut en rajouter.

20160628_203430

Les pommes de terre sont prêtes lorsque vous avez une masse homogène qui se brise sans aucun effort quand vous appuyez dessus avec une spatule en bois. Moi j’aime bien les casser jusqu’à les réduire presque en bouillie, pour une texture plus ferme ne les cassez pas trop.

Pendant la cuisson des pommes de terre, qui prendra bien 30mn, voir plus, battez vos œufs dans un saladier avec un peu de sel et le persil.

20160628_204054

Lorsque les pommes de terre sont prêtes, égouttez les, rajoutez les dans le saladier et touillez jusqu’à obtenir une masse homogène. Etant très chaudes, les œufs vont commencer à cuire au contact, il faut donc vite les verser dans la poêle.

20160628_204322

Vous pouvez utiliser la même poêle des patates pour faire cuire votre tortilla. Je recommande cependant de verser dans un nouvelle poêle chaude de diamètre inférieur, votre tortilla en sera plus épaisse, et donc plus baveuse.

La cuisson est très rapide, 3mn par face environ (tout dépend de l’épaisseur de votre galette), il faut donc que tout soit prêt au moment où vous versez le mélange sur la poêle.

Le seul moment un peu délicat dans l’élaboration de cette recette est le retournement de la tortilla. Pour la retourner il vous faudra un plat lisse de diamètre supérieur à celui de votre poêle. Ce point est important car sinon en la retournant vous risquez de vous brûler au contact de l’huile qui dépassera du plat, ce qui rendra la tortilla mémorable… mais pas pour les bonnes raisons. 

20160628_204815

Versez le mélange œufs et pommes de terre sur la poêle, laissez cuire 3 mn environ en ramenant les extrémités vers le milieu pour qu’elle soit bien ronde et qu’elle gonfle. Faites la glisser sur elle-même régulièrement pour vérifier qu’elle ne colle pas. Si elle colle, elle se brisera en la retournant. Ça ne change rien au goût, mais c’est dommage !

Elle est prête à être retournée lorsque vous voyez que les bords cuisent sur les côtés (comme sur la photo) et que vous avez une masse compacte.

Posez l’assiette au-dessus de la poêle, ramenez au-dessus de l’évier (en cas de catastrophe, vous serez contents si ça tombe dans l’évier plutôt que sur les feux) et là retournez d’un coup sec. Si vous vous êtes lancés dans une grande tortilla ou avec une très grande poêle, elle sera très lourde, essayez dans ce cas de vous y mettre à 2.

Replacez la poêle sur le feu, rajoutez un peu d’huile si elle n’est pas tout à fait anti adhérente et faites glisser la face pas cuite sur la poêle doucement sans la casser. 2-3 minutes de cuisson suffiront pour qu’elle soit cuite mais un peu baveuse au milieu. 

Je réalise que mes commentaires ne sont pas évidents à visualiser, je vous ai donc fait une petite vidéo.

Voilà ! Plus qu’à agrémenter d’une petite salade et vous pouvez vous régaler !

Tortilla espagnole Tortilla

 

 

 

 

 

Fiadone

20160618_204753-001

Recette, Voyages | juin 20, 2016 | By

Nous avons passé une semaine en Corse, du côté de l’Ile Rousse, un vrai petit paradis sur terre qui sent le romarin. Si vous cherchez en hors saison des plages paradisiaques à moins de 2h de Paris, sans moustiques… la Corse est pour vous !

La gastronomie corse est plutôt connue pour ses charcuteries et ses fromages. Coppa, lonzo et jambon sont effectivement délicieux mais un des ingrédients très répandus et plus méconnus est le Brocciu.  

Brocciu

Ce fromage AOC est fabriqué à partir du petit lait (lactosérum) de brebis recueilli après une fabrication de fromage de chèvre ou /et de brebis est chauffé à une température proche de l’ébullition jusqu’à ce qu’une sorte de mousse crémeuse se forme à la surface.
Le fromage est recueilli dans un moule, traditionnellement un panier en jonc appelé « caciagia » ou, de plus en plus, dans des faisselles en plastique. Le terme brocciu, à prononcer broutch, serait issu de « brousser » qui signifie « battre » ou « fouetter ».

Sa présentation la plus commune est celle d’un fromage frais qui rappelle la ricotta italienne, mais il existe aussi des versions affinées, qui revêtent l’appellation Brocciu Passu. Fabriqué d’octobre à juin, vous avez encore une chance d’en trouver chez votre fromager.

J’ai répertorié des dizaines de recettes, notamment de pâtes, basées sur la fraîcheur onctueuse de ce fromage, mais, une fois n’est pas coutume, aujourd’hui je vous propose une incursion sous le soleil de la méditerranée sous forme de dessert : le fiadone.

Le fiadone est LE gâteau corse. Il s’agit d’une spécialité locale originaire de Bastia, à mi-chemin entre le flan et le cheesecake. Simplissime à réaliser il vous suffira de mélanger du brocciu frais, des œufs, du sucre et de parfumer la pâte avec des zestes de citron. C’est rapide, frais et délicieux ! Pour ceux qui, comme moi, sont plus cuisiniers que pâtissiers, il est en plus inratable.

Servi avec un bon muscat frais ce dessert pourrait devenir la star de votre été !

Fiadone
Serves 4
Gâteau corse
Write a review
Print
Prep Time
10 min
Cook Time
25 min
Prep Time
10 min
Cook Time
25 min
Ingredients
  1. 1 pot de Brocciu de 500g (si vous n’en trouvez pas, vous pouvez remplacer par de la ricotta)
  2. 5 oeufs
  3. 100g de sucre glas
  4. 2 citrons bio (pour le zeste)
  5. 1 noisette de beurre pour le moule
Instructions
  1. Préchauffez le four à 180°C, th 7/8.
  2. Egouttez le brocciu et mettez-le dans un grand bol ou saladier.
  3. Ecrasez-le à la fourchette et fouettez-le. Il ne doit pas rester de grumeaux. Pour être sûrs de la consistance vous pouvez le passer au moulin à légumes. Rajoutez le sucre. Mélangez en fouettant.
  4. Incorporez ensuite les œufs directement au mélange, un par un, en mélangeant bien à chaque fois en touillant avec des mouvements circulaires, comme pour mélanger des blancs en neige. Il ne faut surtout pas battre les œufs ! Terminez en ajoutant le zeste des citrons.
  5. Beurrez un moule avec une grande base. Nous avons choisi un gros plat à gratin, mais n’importe quel récipient large et peu profond fera l’affaire. Ce gâteau ne gonfle pas et il ne doit pas être très épais, 4cm grand maximum.
  6. Versez-y la préparation, lissez et égalisez la surface et enfournez dans le four préchauffé. Faites cuire environ 25 minutes, il est prêt quand le dessus devient légèrement doré.
  7. La recette traditionnelle le sert nature, mais si vous voulez y rajouter un coulis de fruits rouges ou de mangue, il sera sublimé !
Notes
  1. Si vous avez une dent sucrée vous pouvez augmenter la quantité de sucre à 180g et mettre le zeste d'un seul citron au lieu de deux.
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
20160618_195659 20160618_195952 fiadone 20160618_201420 pâte fiadone pâte fiadone fiadoneRéservez au réfrigérateur jusqu’au moment de servir, le gâteau se mange frais. N’essayez surtout pas de le démouler à chaud !

Il est traditionnellement présenté au dessert découpé en carrés d’environ 10cm, mais on vous le conseille aussi au petit déjeuner le lendemain… s’il en reste !

The Bazaar – Cuisine espagnole fusion à South Beach, Miami

The Bazaar entrance

Le congé sabbatique donne des libertés pour voyager que je ne manque de saisir !

J’ai ainsi fait un séjour en famille du côté des caraïbes qui s’est achevé par un passage de quelques jours à Miami.

Enclave tropicale improbable, ancrée aux Etats Unis mais résolument sudaméricaine, cette ville construite « on hip and hope » m’a vraiment séduite. Elle pulse, elle vibre et ça donne envie de bouger, de sortir, de profiter !

José Andrés est un chef espagnol connu pour avoir importé et diffusé le concept des tapas en territoire américain, et il a une dizaine de restaurants aux Etats Unis. Il a tenu un programme de cuisine en Espagne sur TVE1 de 2005 à 2007 et mon père avait eu l’occasion de le rencontrer lors d’un séminaire d’entreprise où il animait un atelier culinaire articulé autour du travail d’équipe.

Après une dizaine de jours en terre étrangère, The Bazaar, son restaurant de cuisine gastronomique espagnole fusion à South Beach, nous faisait donc envie pour nous régaler à la mode de chez nous.

The Bazaar entrance

Le restaurant est situé au RDC de l’hôtel SLC à South Beach, assez couru, il est indispensable de réserver à l’avance pour espérer avoir une table.

20160522_222708

Le cadre est complètement bling-bling, la déco signée Philippe Stark -avec des énormes lustres à apparence organique et des papiers peints aux couleurs claires- crée une ambiance cosy agréable. Cependant si vous cherchez un lieu intime où susurrer vos mots d’amour, passez votre chemin, la sonorité ambiante est bien espagnole pour le coup !  

The Bazaar Cuisine

La cuisine est ouverte sur le passage d’accès au restaurant, mais ne donne pas directement sur la salle. 

Le concept de The Bazaar ? Des tapas, la plupart classiques, certaines revisitées avec des influences sudaméricaines, à partager bien sûr. On paye le cadre, l’ambiance et le chef. Les portions sont petites, format dégustation, le prix, par contre avoisine celui des assiettes roboratives dont les américains ont le secret…

Il faut compter au moins 3 assiettes par personnes et le choix est difficile; si vous n’êtes pas coutumiers de la cuisine espagnole, laissez-vous conseiller, le service est sympathique et accueillant. Vous aurez par contre du mal à trouver un seul serveur non hispanophone !

The Bazaar Miami - menu

the bazaar miami menu 4

The BAzaar Miami menu 3

The BAzaar Miami- menu2

Au cas où nous aurions oublié que nous étions aux Etats Unis, une petite note en bas de page fait office de disclaimer en précisant que manger des choses crues, telles que proposées sur la carte: ceviche, tartare ou encore des huîtres, c’est dangereux… Ça m’amuse. 

Le chef a fait ses armes auprès de Ferrán Adriá à El Bulli et avons été très agréablement surpris par les touches de cuisine moléculaires, qui apportaient un plus de texture sans dénaturer les saveurs.

Un aperçu de que nous y avons dégusté :

Colada cubana au foie gras

Colada Cubana

La colada cubana est le nom du café typique cubain où l’expresso serré est sucré lorsqu’il est porté à ébullition; mais la version que propose le chef est salée : une crème de foie gras onctueuse soutient une mousse de café délicieusement amer qui rehausse le goût du canard. Étonnant et délicieux ! 

Ceviche au fruit du dragon

20160522_212636

Le tartare de poisson à la péruvienne est ici présenté dans une moitié de fruit du dragon – ce fruit asiatique rose à l’extérieur et blanc à l’intérieur, tacheté de petites graines noires. Ma photo ne fait pas justice au plat… Esthétiquement très joli, le fruit apporte pas trop de goût mais une texture rafraîchissante sur des dés de poisson marinés au citron vert et à la coriandre. La mousse d’hibiscus qui recouvrait le tout avait un côté floral tout aussi original que le choix du fruit. 

Tortilla 

20160522_213404

Seule petite déception de la soirée la tortilla, notre plat national, est arrivée en pot. Un œuf cuit à basse température, recouvert d’une émulsion de pommes de terre à l’huile d’olive, permet de retrouver le goût des différents ingrédients qui la composent, mais je me suis sentie personnellement trahie par cette réinterprétation où il manquait la texture dense et grasse de l’un des mes plats préférés… Je ne dit pas que c’était pas bon, mais.. il y a des choses auxquelles il ne faut pas toucher ! 

Pan amb tumaca avec manchego 

20160522_214109

Pour le coup pas réinterprété du tout, le pantumaca traditionnel – vocable catalan pour désigner le pain avec de la tomate et de l’huile d’olive qui accompagne souvent les charcuteries et le jambon, était fidèle à nos expectatives. Le triangle de manchego, fromage au lait cru de brebis à pâte ferme et friable, était lui aussi bienvenu  !

Empanadillas de morue

20160522_215554

Ce grand classique de la cuisine espagnole, des chaussons de miettes de morue désalée à la tomate frits, avait une texture étonnante avec une pâte fine et croustillante aérienne, presque comme des feuilles de brick. Recouvertes de miel, ces empanadillas ont fait l’unanimité à table. 

Croquetas de jambon

20160522_212601

Les croquetas sont habituellement un humble plat familial cuisiné pour accommoder des restes. Jambon, poulet ou poisson de la veille sont noyés dans une béchamel dense, enveloppés de panure fine -râpée du pain de la veille- puis frits. La version de The Bazaar était parfaitement ronde, sphérique à souhait et plus croustillante que celles dont j’ai l’habitude. Le contraste du croquant extérieur et l’onctuosité fondante de la béchamel parfumée au jambon font de ce classique un must de notre cuisine qui ne déçoit jamais  !

Rossejat noire

Fideuá negra

Le clou de ce spectacle culinaire revient sans aucun doute à la Rossejat à l’encre de seiche. Rossejar est un mot catalan qui veut dire dorer. Ainsi le rossejat est un plat dans lequel on laisse dorer le riz ou les pâtes avec de l’huile et des légumes avant de rajouter l’eau qui servira à la cuisson. A la base un riz de pêcheurs cuisinés à même les bateaux avec les invendus de la pêche du jour, la rossejat était ici présentée avec de l’encre de seiche et des crevettes et des noisettes d’aïoli. Le fumet de poisson imbibe les pâtes et leur cuisson à la créole, sans égouttage, donne un croustillant unique à ce plat que je ne peux que vous supplier de goûter  !

J’ai retrouvé la recette du chef (en anglais malheureusement) si vous voulez tenter ! 

Churros au manioc 

20160522_221310

La note sucrée est arrivée de la main de ces étonnants churros de manioc. Habituellement composés de farine, ces chichis avaient une texture farineuse, proche de la pomme de terre qui donnait l’impression de déguster des pommes dauphines sucrées. Le petit tube contenait du beurre de cacahuète, qui associé au miel et au zeste de citron vert recouvrant la friture donnait une touche sucrée salée détonante et délicieuse. 

La note était aussi salée que nous étions gourmands, mais l’expérience, si jamais vous pas vous amènent jusqu’à South Beach, vaut le détour. 

Rouleaux de printemps : la salade sans couverts

Rouleaux de printemps maison

Recette, Voyages | avril 21, 2016 | By

Le printemps est là! Enfin des rayons de soleil, une douceur de vivre retrouvée, une envie démente de retrouver les amis en terrasse et refaire le monde… qui se poursuivra jusqu’à l’automne.

Pour fêter cette arrivée dans notre assiette -et essayer de faire léger en prévision de toute cette peau qu’il va falloir mettre à nu- nous nous sommes attelés à la confection de rouleaux de printemps vietnamiens.

A surtout ne pas confondre avec les nems ou pâtés impériaux, les rouleaux de printemps vietnamiens se composent de crudités et protéines roulées sur une feuille de riz et ne voient jamais une goutte d’huile. Traditionnellement remplis de vermicelles de riz, de tranches de poitrine de porc, de crevettes, salade, pousse de soja et menthe elles sont parfois accompagnées d’autres herbes aromatiques. Des variantes intègrent du concombre et des carottes, et certaines recettes remplacent le porc par du poulet, du canard ou même par des produits de la mer, souvent des bâtonnets de surimi.

Quoi qu’un peu long à préparer c’est vraiment simple, ludique, frais et peu calorique. En entrée ou comme plat principal c’est une façon originale de manger une salade sans couverts !

Vous pouvez le personnaliser selon vos envies, n’étant pas très fan de pousses de soja, j’ai fait sans et j’ai opté pour la version poulet et crevettes. A faire à 2 ou entre amis, c’est une agréable façon de passer la soirée en cuisine. Un verre de vin, un peu de musique et hop ! 

En entrée il faudra compter 2 par personne, en plat, 4 suffiront largement à vous rassasier.

Les seuls ingrédients « exotiques » dont vous aurez besoin pour vos rouleaux de printemps sont les galettes et les vermicelles de riz et la sauce nuoc mam. Vous en trouverez dans toutes les épiceries asiatiques, ou dans votre supermarché s’il a un rayon cuisine du monde, personnellement j’ai tout trouvé chez Monoprix. 

Galette et vermicelles de riz

Rouleaux de printemps
Write a review
Print
Pour les rouleaux
  1. 4 ou 8 galettes de riz de 18 cm (2 par personne)
  2. 60 g de vermicelle de riz
  3. 1 blanc de poulet poché ou 2 tranches de jambon de poulet
  4. 8 crevettes cuites
  5. 1 sachet de laitue préparée
  6. Un sachet de feuilles de menthe
  7. 1/2 concombre
  8. 1 carotte râpée
Pour la sauce
  1. Coriandre
  2. Sauce nuoc mam
  3. Bouillon de poulet
  4. Vinaigre de riz
  5. 2 cuillerées à café de cacahuètes ou de noix de cajou grillées
Instructions
  1. Effeuiller la menthe et la coriandre. Couper les feuilles de laitue en supprimant la partie dure. Si vous avez opté pour le blanc de poulet, pochez le dans de l'eau bouillante salée avec un peu de sauce soja et de la citronnelle. Si vous avez des tranches de jambon de poulet, rajoutez un peu de sauce soja et/ou d'huile de sésame pour assaisonner.
  2. Utilisez une surface non collante pour faire les rouleaux de printemps: votre plan de travail, une planche à découper lisse, une grande assiette, l'essentiel c'est d'avoir de la place et sécher entre deux galettes. Préparez un grand récipient rempli d’eau chaude pour tremper les galettes de riz. Disposez tous les ingrédients sur la table, à portée de main.
  3. Plongez la galette de riz dans l’eau chaude d’un côté puis de l’autre, en un aller-retour très rapide. La galette semble encore un peu dure, mais elle se ramollira rapidement en la laissant reposer dans l’assiette.
  4. Disposez dans l'ordre les ingrédients sur le premier 1/3 de la galette : les crevettes tranchées en deux au fond pour qu'elles se voient une fois votre galette roulée, une 1/2 feuille de salade ou plusieurs petits morceaux sans la partie dure, deux feuilles de menthe, 2 ou 3 petits morceaux de poulet, des lanières de concombre et carotte et, en dernier les vermicelles de riz. Allez y mollo avec les vermicelles ou vous aurez du mal à la refermer.
  5. Rabattre les deux côtés de la galette sur la garniture, puis rouler comme un cigare vers l’avant en maintenant bien fermement le rouleau. Au 2/3 du rouleau, rabattre les côtés vers l’intérieur puis continuer de rouler jusqu’au bout pour fermer complètement.
  6. Procédez de même pour les autres rouleaux toujours en humectant en alternance deux galettes de riz pour gagner du temps.
  7. Pour la sauce : Mixez vos cacahuètes ou noix de cajou, rajoutez la coriandre, 2 cuillerées à soupe de sauce Nuoc mam et allongez avec du vinaigre et du bouillon en fonction de la consistance souhaitée. Disposez dans des coupelles et savourez !
  8. Disposer les rouleaux de printemps dans un plat de service accompagné des coupelles de sauce.
Notes
  1. Toute la difficulté de ces rouleaux consiste à ne pas mettre trop de garniture pour pouvoir bien les rouler et surtout ne pas déchirer la galette de riz qui est assez fragile.
  2. Ne soyez pas surpris de rater les 2 premiers rouleaux. Il faut être patient, se faire la main avec un ou deux rouleaux quitte à recommencer après avoir testé la résistance des galettes qui varie selon les marques. Même si vous n'arrivez pas à les rouler très fermes, le goût sera quand même au rendez vous !
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
20160419_192628 20160419_200648 20160419_200713 20160419_200737 Rouleaux de printemps maison

Pão de queijo – petits pains brésiliens au fromage

Pao de queijo

Recette, Voyages | avril 4, 2016 | By

Malgré les quelques rayons de soleil qui tentent de se frayer un chemin dans la grisaille, quand le printemps tarde à venir, il est tentant de l’appeler dans l’assiette avec des apéros exotiques. Dans la série « concentré de soleil » vous pouvez vous atteler à la préparation de pão de queijo, des petits pains chauds fromagers qui sont servis au petit déjeuner et à l’apéro au Brésil… Une petite bossa nova en cuisine et hop, le tour est joué, la chaleur inondera vos apéros !

Ces petites sphères gourmandes ont la taille d’une gougère et se servent chaudes tout juste sorties du four pour retrouver le croquant de la pâte à l’extérieur et le fondant du fromage chaud à l’intérieur. Très denses, deux ou trois suffisent à faire taire la faim jusqu’à l’arrivée du plat principal, mais c’est dur de n’en manger qu’une…

Ils doivent leur consistance particulière à la farine de manioc « polvinho dolce », l’ingrédient de base. Avec une texture similaire à la Maizena, cette fécule -que vous pouvez retrouver dans toutes les épiceries asiatiques et africaines- est la clé de la recette. Personnellement j’ai trouvé à Belleville, mais elle est courante dans toutes les alimentations générales exotiques. Farine de maniocVous pouvez être confrontés en magasin au doute entre différents produits qui ont la même tête : farine de manioc, fécule de manioc, farine de tapioca. C’est la même chose. Le manioc est une racine: séchée et broyée elle produit le tapioca, l’appellation varie en fonction de son origine: Asie, Afrique ou Amérique Latine. Attention toutefois à bien acheter de la fécule ou de la farine, les préparations qui ont un aspect de semoule, très courantes pour les plats asiatiques, ne serviront pas pour la recette. 

L’origine des pao de queijo remonte au 18ème siècle, les esclaves noirs au Brésil recyclaient les résidus du manioc ou yucca utilisé en cuisine pour ses maîtres et le réduisaient en poudre pour leur propre utilisation. Avec l’arrivée de l’immigration européenne s’est développée la production du fromage au Brésil. Ce nouvel ingrédient a façonné la cuisine locale et les boulettes de manioc cuites des esclaves ont pris leur forme actuelle.

Avant d’aller sur place, peu de voyageurs soupçonnent que le Brésil est le 5ème plus gros producteur de fromage au monde, avec une variété impressionnante. Peu exportés, ils sont pourtant délicieux. Le fromage utilisé utilisé pour les pão de queijo est le « meia cura » (affinage moyen) produit phare de la région de Minas Gérais, mais pas de panique, un mélange de parmesan et gruyère ou emmental donnera un résultat équivalent.

Pour tenter l’aventure chez vous :

Pão de queijo
Petits pains brésiliens au fromage
Write a review
Print
Ingredients
  1. 500g de farine de tapioca
  2. 200g de parmesan frais râpé
  3. 200g de gruyère ou emmental râpé puis haché
  4. 2 cuillerées à café de sel ( ça parait beaucoup mais c'est bien ça!!)
  5. 300ml de lait
  6. 75ml d'huile
  7. 2 gros œufs
Instructions
  1. Mettez la farine et le sel dans un saladier.
  2. Faites chauffer l'huile avec le lait dans une casserole et verser le mélange à ébullition dans le saladier en remuant un peu avec une spatule.
  3. Cassez un à un les œufs dans la préparation en malaxant avec les mains jusqu'à ce que la pâte soit homogène et très collante. Vous pouvez la travailler au robot si vous préférez.
  4. Râpez le fromage, passez-le au mixeur jusqu’à ce qu’il soit réduit en poudre, il va acquérir une consistance proche de la semoule.
  5. Ajoutez le fromage râpé et retravaillez la pâte.
  6. Laisser reposer au moins 30 minutes au réfrigérateur.
  7. Préchauffez le four à 180ºc, thermostat 7.
  8. Confectionnez de petites boules de la taille d’une noix entre les paumes de mains et déposez les sur la plaque du four, recouverte de papier sulfurisé. On peut en mettre beaucoup et assez serrés sur la plaque, ces petits pains ne contenant pas de levure ils vont gonfler assez peu.
  9. Enfournez à mi-hauteur pendant 20 minutes. Ils ne doivent pas être trop dorés.
  10. Mangez aussi chaud que possible sans vous brûler !
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/

 

PaodeQueijo (1)

Râpez et mixez le fromage. Lorsqu'il a une consistance proche de la semoule il est prêt à être incorporé à la pâte.

Râpez et mixez le fromage. Lorsqu’il a une consistance proche de la semoule il est prêt à être incorporé à la pâte.

Pao de queijo pâte

Une fois le fromage incorporé, mettez-le au frigo 30mn. Les boulettes seront plus faciles à confectionner.

PaodeQueijo (3) PaodeQueijo (5)

Comme accompagnement d’une bonne caïpirinha on a pas encore inventé mieux  !

Poulet à la vanille – des saveurs réunionnaises

Carri de poulet à la vanille

Recette, Voyages | mars 31, 2016 | By

Vanille : un mot qui a toujours évoqué chez moi la panique, j’ai tout un historique de réactions d’intolérance à des desserts à la vanille. Plaques, rougeurs, démangeaisons, vomissements… à l’opposé de l’univers doux et cocoonant qu’évoque cette épice.

Quelques accidents les dernières années m’ont fait réaliser que mon intolérance s’estompait, et arrivée à l’île de la Réunion je me suis dit qu’il fallait vérifier avec une thérapie de choc, histoire de savoir d’emblée si j’allais survivre à mon séjour… la cuisine locale use et abuse de cette épice, en sucré comme en salé. Sur des desserts, des crèmes mais aussi des poissons, des grillades, c’est un élément incontournable du rhum arrangé !

La production de la Réunion se situe sur un créneau haut de gamme qui vaut à la vanille bourbon (la Réunion s’appelait autrefois l’Ile Bourbon) une renommée mondiale.

Dès le premier jour, j’ai risqué d’emblée le tout pour le tout en commandant un carri poulet à la vanille.

Les carris sont la spécialité locale. Il s’agit de poissons ou viandes mijotées en sauce, comme les currys. Sauf que, contrairement au curry, le piquant est servi à part et se rajoute dans l’assiette de façon individuelle selon les goûts.

Les carris sont servis avec du riz blanc, sur lequel se rajoute « le grain », généralement lentilles ou haricots rouges par-dessus lesquels on dépose la viande ou poisson mijoté.

J’ai trouvé la personnalisation du niveau d’épicé géniale, car c’est un plat convivial, conçu pour le partage qu’on adapte selon sa tolérance et envies. Les « rougails », terminologie locale pour désigner les mélanges contenant du piment fort, sont servis dans des petits bols et se composent de piments oiseaux mélangés à des crudités ou des légumes. Les plus courant sont des mélanges de piment et tomate ou concombre, « rougail tomate » ou « rougail concombre » mais ils sont déclinés avec de la mangue, de l’avocat ou encore du beurre de cacahuètes. Ces adjonctions épicées relèvent et apportent un plus de saveur indéniable au mélange un peu fade du riz blanc et du grain cuisiné à l’eau.

La cuisine réunionnaise

Le riz, le grain et le rougail. 

20160331_161934De retour à Paris j’ai évidemment essayé de reproduire la recette, avec de la poudre de vanille rapportée de l’île. Pour les sauces, on préfère la gousse de vanille broyée aux gousses de vanille qui ont un goût plus prononcé et peuvent, si on a la main un peu lourde, vite devenir écœurantes.
Si vous n’en avez pas, mélangez le contenu d’une gousse de vanille à votre sauce, sans laisser la gousse mariner, ça devrait suffire pour équilibrer le goût. 

 

Carri de poulet à la vanille
Serves 4
Un plat réunionnais de poulet relevé par la vanille
Write a review
Print
Ingredients
  1. - 1 poulet en morceaux ou 4 cuisses de poulet ou 8 pilons de poulet
  2. - 2 oignons
  3. - 3 gousses d'ail
  4. - 1 cuillère à café de vanille en poudre
  5. - 2 cuillères à soupe de miel
  6. - 1 cuillère à soupe d'huile (neutre)
  7. - 2 cuillères à café de curcuma
  8. - 2 branches de thym
  9. - 15 cl de vin blanc sec
  10. - 15 cl de bouillon de volaille
  11. - 15 cl de crème fraîche liquide
  12. - 1 gousse de vanille
  13. - sel
  14. - poivre
Instructions
  1. Idéalement la veille, mais quelques heures avant font aussi l’affaire, faites mariner les morceaux de poulet avec le miel et la vanille. Mélangez miel, vanille et huile neutre, entaillez votre poulez avec un couteau et badigeonnez le tout. Laissez reposer le plus longtemps possible avant cuisson.
  2. Dans une cocotte, faites dorer les morceaux de poulet dans l'huile à feu moyen puis réservez.
  3. Hachez les oignons et l'ail et faites les fondre dans la cocotte. Rajoutez le poulet, saupoudrez de curcuma, thym, rajoutez le vin blanc, laissez chauffer jusqu’à ébullition, puis rajoutez le bouillon de volaille et sal pimentez.
  4. Faites cuire à couvert et à petit feu environ 25 min en remuant de temps en temps.
  5. Ajoutez la crème et les graines de la gousse de vanille (ou si vous avez la gousse de vanille broyée en poudre) et finissez la cuisson environ 5 min.
  6. Le temps de cuisson varie un peu en fonction de la quantité de poulet et les morceaux choisis, Les pilons irons plus vite que les cuisses.
  7. Nous n’avions pas assez faim pour faire riz et grain, et nous avons opté pour une quantité homéopathique de riz basmati, mais vous pouvez adapter la quantité en fonction de votre appétit et de la quantité de convives.
  8. Bon appétit !
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
20160331_122225

Marinez le poulet. 

20160331_130146

Faitez dorer le poulet à la cocotte. 20160331_141908

Le produit fini ! 

Des raviolis chinois de fête à faire entre amis

Jiaozi - Raviolis chinois

Recette, Voyages | février 10, 2016 | By

Toujours dans la série des chinoiseries, nouvel an oblige, je vous propose aujourd’hui de vous attaquer à la confection de vos propres Jiaozi. Si vous aussi vous avez été envoûtés par les raviolis du Nord est de la Chine, sachez que c’est pas très compliqué à reproduire. Il faut avoir un peu de temps devant soi (dans les 3h), être plusieurs (idéalement 3 ou 4) et saliver d’avance à l’idée de vous régaler avec ces raviolis de fête. 

L’activité idéale pour une soirée en famille ou entre amis ! 

Nous avions eu la chance de compter pour la confection des nôtres avec un ami chinois qui avait déjà le coup de main pour refermer les raviolis, mais avec un peu de patience vous maîtriserez vite la technique.

Eric avait lourdement insisté pour que nous les réalisions à la manière traditionnelle, c’est à dire dans avoir recours aux machines. Dans la confection de ce plat incontournable du nouvel an chinois on rend hommage aux ancêtres et se servir du mixeur aurait pu offenser les esprits qu’on cherchait à remercier…

J’ai donc à cette occasion mesuré l’énorme utilité des mixeurs, émincer un chou chinois ou de la viande de porc avec un couteau, aussi adapté soit il, n’est pas une mince affaire.

La base de ces raviolis reste la pâte. Vous pouvez l’acheter toute prête dans les magasins chinois du 13ème ou de Belleville, mais vous vous priverez du plaisir de tout réaliser vous mêmes  !

Pâte à raviolis jiaozi
Write a review
Print
Ingredients
  1. 400 g de farine
  2. 20 cl d’eau chaude
  3. 1 pincée de sel
Instructions
  1. Mettez la farine sur le plan de travail, formez un puis au centre et versez l’eau chaude (40ºc environ) au milieu en 3 ou 4 fois, rabattez la farine sur l'eau en pétrissant au fur et à mesure.
  2. Si votre pâte est trop dure, rajoutez un peu plus d'eau. Au début le mélange sera très collant, il faut pétrir pendant 5 bonnes minutes jusqu'à ce que la pâte soit lisse et souple.
  3. Une fois une boule formée laissez reposer pendant au moins 30 min à température ambiante.
  4. Lorsque la pâte a reposé, prélevez un morceau et roulez-le sur un plan de travail fariné. Il faut former des petits boudins réguliers.
  5. Découpez en portions d'environ 1.5 cm.
  6. Aplatir tout d’abord avec la paume de la main puis étaler finement avec un rouleau à pâtisserie. Attention il faut la travailler en rond, de l'intérieur vers l'extérieur en faisant tourner la pâte au four et à mesure, en affinant vers l’extérieur. Le centre du ravioli doit rester un peu plus épais pour éviter qu'une fois la farce déposée et le ravioli plié il ne s'ouvre à la cuisson. C'est pas grave s'il n'ont pas une forme parfaitement ronde, mais il faut qu'ils soient équilibrés pour mieux se plier. La taille idéale est d'environ 12cm de diamètre, mais ne vous inquiétez pas s'ils sont plus petits, vous réduirez la quantité de farce à l'intérieur.
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/

raviolis chinois pâte

En attendant que votre pâte repose, attaquez vous à la farce. 

IMG_2085

Farce pour raviolis chinois
Write a review
Print
Ingredients
  1. 250 g d'échine de porc haché
  2. 1 petit chou chinois émincé
  3. 2 c. à soupe d'huile de sésame
  4. 2 c.à soupe d'huile d'arachide
  5. 3 petits poireaux, blanc et vert
  6. 4 tranches de gingembre finement hachées
  7. 1 c. à soupe de sauce de soja
  8. Bouillon de volaille
  9. 1 c. à café de vin jaune ou de porto
  10. sel et poivre
  11. un torchon propre
Instructions
  1. Hachez finement le porc. (Nous on l'a fait à la main, je vous conseille le mixeur)
  2. Dans un grand saladier, mettez la viande hachée, l'huile de sésame, la sauce de soja, le vin jaune ou porto, le bouillon de volaille, salez et touillez jusqu'à l'obtention d'un mélange homogène.
  3. Rajoutez le gingembre, un peu de poivre et les poireaux hachés, vert compris. Mélangez de nouveau.
  4. Hachez le chou grossièrement. Si vous vous servez d'un mixeur électrique, allez y doucement; si les morceaux sont trop petits ils ne seront plus croquants après la cuisson et votre ravioli manquera de texture.
  5. Une fois le chou haché, mettez 1 c. à café de sel et mélangez. Si le chou a trop de jus, la farce sera trop liquide, le sel aide le chou à se lester d'eau. Laissez reposer le chou salé pendant 20 min, puis égouttez à l'aide d'un torchon propre.
  6. Enveloppez le chou avec le torchon, bien fermer le torchon, puis pressez fort, le jus sort à travers le torchon.
  7. Une fois votre chou égoutté, mélangez le chou haché et pressé avec le porc haché. Rajoutez 2 c.à soupe d'huile d'arachide (ou de tournesol si problèmes d’allergies).
  8. Votre farce est prête !
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
Le façonnage

Une fois votre farce est prête vous n’avez plus qu’a remplir vos raviolis. Déposez une petite cuillerée de farce au centre des cercles de pâte et refermez en rabattant la moitié du ravioli en demi-lune. Fermez en appuyant fermement sur le pourtour en pinçant la pâte. 

Nos photos n’étant pas très explicites sur ce point, et une explication étant nécessaire pour acquérir le coup de main je vous réfère à la vidéo de Margot Zhang, une experte qui tient des cours de cuisine chinoise à Paris. 

 

 

IMG_2133

A droite, un ravioli exécuté par la main experte d’Eric. A gauche, le mien… Mais en persévérant j’ai fini par y arriver !IMG_2141

La cuisson

Pour faire cuire vos raviolis, vous aurez besoin d’une grande casserole (environ 3 litres en volume), 2 litres d’eau et un écumoire.

Plongez vos raviolis dans l’eau bouillante. En fonction de la taille de votre casserole veillez à ne pas mettre plus de 10/15 raviolis simultanément pour éviter qu’ils se collent entre eux à la cuisson.

Avec l’écumoire, touillez l’eau dans le sens de l’aiguille pour éviter que les raviolis ne collent le fond de casserole.

Laissez cuire pendant 6-7 min en fermant avec un couvercle, ajoutez 2-3 min de plus si c’est sans couvercle.

Ils sont cuits quand ils flottent à la surface, les bords sont devenus un peu translucides et ils ont bien gonflés. Pour vérifier vous pouvez en prélever un et tapoter la pâte gonflée sans la briser, si elle ne m’affaisse pas, ils sont cuits.

Sortez les raviolis avec l’écumoire et égouttez 2/3 secondes avant de les réserver. 

L’idéal c’est de passer à table tout de suite et refaire des fournée au fur et à mesure qu’ils disparaissent. Mais si vous êtes nombreux ou que vous voulez les préparer un peu à l’avance, il faut penser à les disposer de façon aérée pour éviter qu’ils collent (pas comme nous!) 

 

IMG_2151Pour éviter nos déboires, (ils avaient bien collés et se sont percés quand on a voulu les séparer) vous pouvez les disposer sur des feuilles de salade. En plus ça fera plus joli pour la présentation. Jiaozi - Raviolis chinois

 

 

 

 

 

 

Si vous en avez trop, sachez qu’il se congèlent parfaitement crus, et qu’ils dépannent bien en cas de faim impromptue ! Plongez les dans de l’eau bouillante et rajoutez 3/4 mn à la cuisson pour qu’ils soient parfaits.

Pour la sauce :

Notre sauce était composée de 1 cuillerée à soupe de sauce soja, 1 cuillerée à soupe de vinaigre, 1 cuillerée à café d’eau de cuisson pour éclaircir et 4 gousses d’ail pilé. Un régal. 

Et que boire avec ça ?

Nous on a trouvé que ça se mariait particulièrement bien avec un vin blanc fruité, type chardonnay chilien, ou encore un vin blanc plus gras, type viognier. Si vous avez le budget le meilleur accord reste un condrieu. A une quarantaine d’euros en moyenne, ce n’est pas un vin pour tous les jours, mais bon, c’est le nouvel an ! 

Santé et bon appétit !