Crème fraîche et huile d'olive

Chop In, la cave à bières

Chop In cave à biere

Cave, Paris | février 25, 2016 | By

Déroulement improbable d’une après-midi studieuse, ce qui devait être un débrief autour d’un café s’est transformé en « une petite bière ». En cause l’odeur de javel qui se dégageait du bistrot dans lequel nous comptions faire une halte. Qui nous a poussé à chercher un autre bistrot et mené mes pas juste en face de Chop In.

J’avais déjà aperçu des caves à bière, mais je n’avais jamais eu l’occasion d’assouvir ma curiosité. Si on laisse de côté que 17h est peut-être une heure pas assez tardive pour l’apéro (surtout si vous enchaînez avec un dîner) je ne peux que recommander de passer la porte.

Située au 45 rue de Gergovie, dans le 14ème arrondissement, métro Pernety, cette cave à bières est ouverte du lundi au samedi de 11h à 14h et de 13h30 à 20h.

Chop ‘In est tenue par Lionel Libert, alias Mickey, connaisseur passionné et passionnant au caractère bien trempé. Pénétrer dans sa boutique est un peu comme rentrer chez lui ; il connait par cœur chacune des références en rayon et n’hésite pas à vous dire si une bière vaut la dégustation avec une honnêteté aussi brutale que rafraîchissante. Son offre se compose principalement de bières rigoureusement sélectionnées qu’il valide et recommande personnellement.

Une effarante sélection de bières françaises, la plupart artisanales, anglaises, allemandes et belges vous attendent chez ChopIn. Cette boutique, fondée en 2010, est née de sa passion et son envie de partager ses découvertes. Conforme à sa licence cette cave propose la dégustation sur place pourvu que vous mangiez en même temps. Une table haute au fond de la boutique vous accueille pour goûter des petites merveilles houblonnées.

20160224_172616

Si vous avez besoin d’un conseil, ce connaisseur, souriant et généreux, vous aidera à cerner la meilleure bière pour l’occasion ou la dégustation en fonction de vos goûts et de vos envies.

Je me suis fait chambrer à cause de ma préférence marquée pour les bières légères allemandes (acquise au cours de mon Erasmus berlinois) mais on a fait le tour des possibilités ensemble et… un nombre indéterminé de bières plus tard… j’étais aussi bluffée qu’ivre. Il n’a pas hésité à boire lui-même une suggestion qui n’était pas à mon goût, et me faire découvrir une Chimay dorée qui a fini de m’achever en me ravissant.

20160224_185723

Convivial, chaleureux, avec des saucissons au fromage en provenance directe de laguiole à se rouler par terre, faire une halte découverte chez Mickey (avant de repartir les mains pleines) est une expérience dont je garderai longtemps le souvenir !

20160224_175138

Tous les jeudi soir ils proposent un atelier dégustation où vous pourrez goûter différents malts et découvrir le houblon, responsable de l’amertume de vos bières. Du goût étonnant du malt fumé aux arômes chocolatés du malt torréfié, j’ai compris les nuances des différentes bières, toute une découverte !2016_cave à bière

Réservation et renseignements au 0145429371. N´hésitez pas à liker leur page Facebook pour être au courant des nouveaux arrivages et ateliers proposés. Vous pourrez également y louer une pompe à bière pour le week-end et repartir avec de bons fûts pour tout type d’événements.

Il vous faut encore des raisons pour y faire un tour ? Et bien figurez vous qu’en plus, c’est pas cher. A 2€50 la bière en moyenne vous pourrez découvrir de nouveaux horizons et passer un super moment sans vous ruiner. 

20160224_172817 20160224_164646 20160224_180651 20160224_183606

Xiao long bao : des raviolis shanghaïens

20160219_133039

Paris, Restaurant | février 21, 2016 | By

Il y a un certain nombre d’années (le chiffre me déprime, je vais donc rester vague) nous avions fait un voyage en Chine, et parcouru Pékin, Shanghai et Hong Kong. A Shanghai, de la main d’un ami d’ami nous avions découvert dans une cantine locale hors des sentiers battus des petits dim sums vapeur, auxquels nous avons donné l’appellation de raviolis shanghaiens. Nous en avions mangé jusqu’à l’indigestion, une bonne trentaine chacun, tellement ils étaient délicieux.

Depuis nous n’avons cessé de tester tout type de vapeur et dim sum, toutes sortes de raviolis chinois, en espérant retrouver l’émoi gustatif de cette cantine shanghaienne.

Des amis de longue date nous ont fait le récit de leur émoi à Singapour avec des raviolis du restaurant Din Tai Fung, réputée chaîne taiwanaise de restaurants chinois. Ils nous faisaient part de leur découverte de petits raviolis beaux comme des petites brioches avec une farce juteuse, recouverts d’une pâte très fine sans levure.

Lorsqu’ils ont commencé à nous décrire le rituel : percer la peau, verser le jus sur une cuillère, aspirer la soupe puis tremper le ravioli dans la sauce avant de le porter à la bouche pour une expérience gustative inoubliable, j’ai tout de suite identifié nos raviolis shanghaiens, et découvert leur nom : Xiao long bao.

Ces raviolis remplis de soupe sont donc mondialement connus !

Avant cuisson, le ravioli est farci avec du porc ou un mélange de porc et de crabe et agrémenté d’un bouillon aromatique pris en gelée, qui à la cuisson, fond et remplit l’intérieur du ravioli de soupe. Pour les manger il faut donc les saisir délicatement sans les casser, percer un petit coin avec les dents, et soit aspirer directement le jus, soit le verser dans une cuillère pour le faire refroidir avant de le manger. Une fois vidés, ils se plongent dans une sauce mélange de vinaigre et de gingembre frais et se dégustent les yeux fermés (et pour ma part en poussant des soupirs de bonheur). 

Nostalgique j’ai donc cherché à Paris où est ce que je pourrai retrouver ces petits délices… et j’ai trouvé !

Le restaurant Autour du Yangtsé a deux adresses à Paris. Une avenue d’Italie dans le 13ème et une un peu plus chic dans le 9ème tout près de l’Opéra, 9 rue du Helder.

Avenue d’Italie le lieu est petit et étroit, n’essayez pas de venir en groupe, à plus de quatre ils ne pourront pas vous asseoir. Ça sent un peu le graillon, et les tables sont semblables à toutes celles des autres restaurants asiatiques du coin. Serviettes en papier et sauce déjà sur la table. 

Peu importe, ne venez pas pour le décor ! 

Ils proposent une carte très originale de cuisine chinoise inhabituelle à Paris qui vous fera sortir des habituels riz cantonnais et porc sauce aigre-douce. 

L’adresse à Opéra est un peu plus recherchée. Le cadre est assez quelconque mais on sent que la clientèle du midi se compose des bureaux autour et qu’elle est un peu plus exigeante. Le service est attentionné et souriant.  

Dans les deux adresses vous retrouverez des Xiao Long Bao qui méritent à eux seuls le détour. 

Bien que n’ayant pas la finesse – notamment au niveau de la pâte – de ceux dont nous nous sommes régalés la-bas, les retrouvailles ont été heureuses.   

Autour du Yangsté rue du Helder

Autour du Yangsté rue du Helder

Autour du yangsté Rue du Helder 75009

Autour du yangsté Rue du Helder 75009

20160219_133046

N’hésitez pas à vous régaler avec d’autres découvertes introuvables dans votre restaurant chinois de quartier comme ces aubergines farcies au porc. 

20160219_134013

Festival Taste of Paris

TasteOfParis-2

Evenement, Paris | février 14, 2016 | By

Un événement au Grand Palais où l’on peut découvrir les créations de grands chefs parisiens en format dégustation ?

Il ne nous en a pas fallu beaucoup plus pour nous ruer sur les billets de Taste of Paris et nous faire plaisir le temps d’un déjeuner. 

Petit compte rendu de notre expérience.

L’espace du Grand Palais est toujours splendide. Ces énormes verrières baignaient de lumière naturelle (filtrée par la pluie battante, certes) l’événement. Côté déco, une grande fourchette rose trônait à l’extérieur, les extravagances n’étaient pas à l’ordre du jour sur les allées.

Un guide très bien fait oriente sur l’emplacement des chefs. Un chef par stand, qui représente un restaurant. 17 cuisines dans lesquelles s’affairaient chefs et brigades. Sur chaque stand, le menu proposé à l’affiche.

Pour régler chez les chefs, une carte dédiée, rechargeable par carte bleue dans 2 banques.

Difficile de choisir dans quelle file d’attente se positionner. Elles vont assez vite, mais faut compter 10 bonnes minutes minimum sur chaque stand. L’unique chef pâtissier de l’événement, Yann Couvreur, accumulait la moitié des visiteurs affamés à lui tout seul Nous avions écarté d’office les files interminables le but était de manger !

Nous avons donc essayé de rationnaliser l’approche en entrée(s), plat(s), dessert…

L’entrée chez Daniel Morgan, de Salt.

Pain plat « sourdough » émulsion d’œufs de cabillaud, citron confit, beurre noisette au romarin.

TasteOfParis-2 TasteOfParis-4

C’est joli, c’est original et c’est délicieux. Des très fines couches de pain croustillant et doré, presque comme des couches d’un millefeuille, le croquant en plus, le beurre en moins.

Par-dessus, des petites billes d’émulsion d’œufs de cabillaud, le meilleur tarama que j’ai jamais goûté. Le tout décoré de petites fleurs comestibles qui apportaient une touche visuelle intéressante et une matière étonnante sur le palais.

Jeu de textures, simplicité des goûts qui se marient dans la bouche, c’était bien trop bref !

Le plat chez Ryuji Teshima, de Pages

PAGES _taste of Paris

TasteOfParis-5

L’instinct, bœuf Ozaki sur céréale. Tout simplement incroyable.

TasteOfParis-6

De très fines tranches de bœuf Wagyū poêlé au beurre, auquel il emprunte la texture fondante, presque crémeuse. Elles sont présentées sur un lit d’algues, d’haricots rouges et noirs et graines de quinoa, relevés par une petite sauce à la bière et au soja. Détail non négligeable, il était légèrement saupoudré de bincho, une poudre de charbon de bois légère et aromatique, qui donnait l’impression que le bœuf dans son gras heureux et opulent, sortait d’un barbecue.

Le 2ème plat chez Stéphanie LeQuellec, de la Scène au Prince de Galles.

PS0A6082

Oeuf de poulette des fermes d’Ile de France, jaune tiède acidulé, topinambour, truffe noire.

TasteOfParis-7

La crème de topinambour délicieusement onctueuse avec des cubes de topinambours croquants était une découverte. Légère déception cependant sur ce plat. J’imagine que les possibilités avec les œufs sont toujours limitées, mais le jaune tiède ne nous a pas conquis et la truffe apportait une touche croquante mais elle n’avait pas beaucoup de goût, dommage. Pour 12€ on se dit qu’on aurait mieux fait de choisir autre chose.

 

Et pour finir : 3ème plat et dessert chez Frédéric Anton du Pré Catelan.

PS0A6101

Le caviar de France, aubergine confite au parfum de curry

TasteOfParis-8Un confit fondant et relevé, absolument parfait. N’étant pas de gros fans de caviar, la valeur ajoutée de la composition nous a peut-être un peu échappé, mais aucun regret sur notre choix.

Le citron comme une tarte, meringues croustillantes, sorbet basilic

TasteOfParis-9

Et là, la note finale, absolument démente : une fine couche de copeaux de pâte, comme des cornflakes habillait le socle. Il accueillait une crème au citron aérienne et relevée par des zestes de citron vert sur lequel était posé un sorbet de basilic qui faisait des feux d’artifice en bouche. Le tout décoré de toutes petites meringues croustillantes, à peine sucrées.

Une expérience incroyable qui nous a donné envie de visiter plus en profondeur tous ces grands restaurants ! 

La bonne nouvelle ? Vous pouvez encore y aller ce soir pour le dîner !

Un apéro italien : des gressins maison

Gressins maison

Recette | février 13, 2016 | By

Pour ceux qui aiment boire et manger, l’apéro reste un moment privilégié.

Si vous mélangez dans une grande cuisine des bonnes choses à manger, des bons vins et de bons amis, et que vous laissez mijoter pendant 3-4h à feu doux de rires et de conversations, le soufflé monte tout seul et vous vous retrouvez avec des soirées parfaitement réussies. Avez vous déjà remarqué que les meilleures sont souvent celles dont le souvenir est un peu flou…? 
Tout ça pour dire que l’apéro c’est bien, l’apéro dînatoire, c’est encore mieux. 

J’aime bien les soirées sans les contraintes des plats à débarrasser, lorsque tout le monde picore et discute, moi comprise. Cependant on peut vite tourner en rond si on souhaite sortir des traditionnels saucissons, gougères picard et tarama et humous à tartiner. 

Pour un grignotage différent, pourquoi pas se rendre en Italie et piquer leurs bonnes idées ?

Pour notre dernier apéro je me suis lancée dans 3 idées simples et délicieuses : des grissini maison, des verrines de pannacota salée et des muffins poire, noix et gorgonzola. Agrémentez le tout de billes de mozzarela et de petites tomates et vous vous retrouverez avec un apéro ensoleillé et différent ! 

Aujourd’hui je vous livre la recette pour réaliser vos gressins maison. Vous savez ces petits bâtons salés que vous ne pouvez jamais vous arrêter de manger avant d’avoir fini le sachet ? Les gressins maison sont bien meilleurs que ceux que vous trouverez dans le commerce et ils plongeront dans toutes les sauces que vous pourrez imaginer !

Gressins ou gressini maison
Yields 40
Write a review
Print
Ingredients
  1. 225 g de farine (+/- 30g selon la farine choisie)
  2. 7.5 g de sel
  3. 2 cuillères à café de levure boulangère déshydratée (ou 15g de levure fraîche que vous pouvez demander à votre boulanger)
  4. 135 ml d’eau tiède
  5. 30 ml d’huile d’olive vierge extra, plus un filet pour badigeonner
  6. graines de sésame et parmesan râpé pour enrober
  7. fleur de sel et poivre
Instructions
  1. Dans un grand bol mélangez la farine, le sel et la levure. Versez l'eau, mélangez et rajoutez l’huile d’olive.
  2. Pétrissez le tout jusqu'à obtenir une pâte lisse et homogène. Moi je l’ai fait au robot avec le pétrin, si vous n’en avez pas vous pouvez le faire à la main.
  3. Réservez au chaud et laissez doubler de volume (1h environ) en recouvrant la pâte avec un film plastique légèrement huilé.
  4. Lorsque la pâte a doublé de volume la déposer sur un plan de travail fariné.
  5. Formez un ou plusieurs rectangles en l'étalant assez finement avec votre rouleau à pâtisserie.
  6. Badigeonnez d'huile d'olive avec un pinceau et parsemez de graines de sésame et de fleur de sel. Vous pouvez faire des variantes avec ou sans parmesan râpé.
  7. Repassez le rouleau sur la pâte pour bien les incruster et découpez des lanières d’environ 1cm avec une roulette à pizza.
  8. Prenez chaque lanière et roulez là en tire-bouchon en l'agrandissant, en tirant légèrement. C’est la partie la plus pénible, ce n’est pas la peine de trop tourner, quelques tours suffisent.
  9. Laissez la pâte lever quelques minutes.
  10. Préchauffez votre four à 190°C et enfournez 20 à 25 minutes, jusqu'à ce qu'ils soient légèrement dorés !
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
Boule de pâte à gressiniBoule de pâte levéeEtalez votre pâte20160211_15072620160211_15092020160211_15242320160212_103617

 

 

La caverne d’Ali Baba… des épices

Epices Roelliger

Epicerie, Paris | février 12, 2016 | By

Petite, j’avais du mal à croire ma mère quand elle affirmait qu’elle était capable de déterminer si ce qui était à l’intérieur de la cocotte minute qui sifflait était cuit ou pas à l’odeur. J’ai gardé de ce scepticisme l’habitude d’humer la vie, au sens large mais surtout en cuisine, le parfum des choses et des êtres me saisit et me bouleverse.   

Cette sensibilité aux odeurs a engendré une véritable fascination pour les épices. Une pincée de poivre ou de piment, de thym ou de cannelle, a la capacité de transformer un plat et son odeur, comme des petites potions magiques qui enchantent le nez et le palais. 

Ainsi lorsque, au retour d’un rendez-vous je flânais dans la rue et j’ai découvert la boutique Epices Roellinger j’ai eu l’impression de pousser la porte de ma caverne d’Ali Baba personnelle. 

En guise de trésors : des épices, des épices partout ! De toutes les couleurs, banales, rares ou précieuses. Des poivres, des piments, des sels, des vanilles, des huiles, des vinaigres, des chutneys et des infusions mais surtout, des mélanges de créateur prêts à l’emploi qui donnent envie de jouer les magiciens en cuisine. 

Des noms évocateurs : 

Poudre Grande Caravane pour parfumer l’agneau avec du cardamome, du fenugrec, de la cannelle, de la ñora et du sésame noir.

Poudre du Vent pour épicer le pigeonneau ou parfumer des pâtes à la crème avec fenouil, cumin, cannelle et cardamone.

Poudre Défendue pour égayer les salades de fruits, sorbets et cocktails avec anis vert, gingembre et cannelle.

Une bonne trentaine de mélanges poétiques dont les arômes, prêts à découvrir dans des petites testeurs, m’ont tout simplement transporté. Toutes ces épices étuvées, torréfiées, broyées, moulues, pesées, dosées, mélangées pour créer des poudres aux parfums tendres, encensés, caractériels et délicats ne pourront pas vous laisser indifférents. 

La boutique est un petit écrin cossu, dont la déco, plus proche de la maison de parfums que de l’épicerie, donne le ton sur le positionnement de leurs produits. Avec un prix médian de 9€ les 40g, leurs potions magiques sentent le luxe, mais un luxe qu’on s’accorde avec un plaisir dur à dissimuler le long de leurs rayons regorgeant de parfums étonnants et évocateurs. 

Pour ceux qui auraient peur de ne pas savoir se retenir, flâner sur la boutique en ligne est peut être un moyen de rationaliser les achats, tout en découvrant les mélanges, leurs particularités et la jolie histoire derrière chacune des épices présentées. 

Epices Roellinger (9) Epices Roellinger (13) Epices Roellinger (11) Epices Roellinger (12) Epices Roellinger (7) Epices Roellinger (5) Epices Roellinger (1)

Cette fabuleuse boutique se trouve en plein dans le quartier japonais, au 51 bis rue Sainte-Anne 75002. 

Si l’élu de votre cœur est passionné de cuisine et vous cherchez un cadeau original pour la saint valentin ils proposent des superbes coffrets. La portée dans le temps de ces petites poudres magiques sera bien plus longue que celle d’une boîte de chocolats…

Ouverte de 10h à 19h du mardi au samedi, vous y trouverez forcément votre bonheur, en espérant qu’il soit épicé  !

 

 

Des raviolis chinois de fête à faire entre amis

Jiaozi - Raviolis chinois

Recette, Voyages | février 10, 2016 | By

Toujours dans la série des chinoiseries, nouvel an oblige, je vous propose aujourd’hui de vous attaquer à la confection de vos propres Jiaozi. Si vous aussi vous avez été envoûtés par les raviolis du Nord est de la Chine, sachez que c’est pas très compliqué à reproduire. Il faut avoir un peu de temps devant soi (dans les 3h), être plusieurs (idéalement 3 ou 4) et saliver d’avance à l’idée de vous régaler avec ces raviolis de fête. 

L’activité idéale pour une soirée en famille ou entre amis ! 

Nous avions eu la chance de compter pour la confection des nôtres avec un ami chinois qui avait déjà le coup de main pour refermer les raviolis, mais avec un peu de patience vous maîtriserez vite la technique.

Eric avait lourdement insisté pour que nous les réalisions à la manière traditionnelle, c’est à dire dans avoir recours aux machines. Dans la confection de ce plat incontournable du nouvel an chinois on rend hommage aux ancêtres et se servir du mixeur aurait pu offenser les esprits qu’on cherchait à remercier…

J’ai donc à cette occasion mesuré l’énorme utilité des mixeurs, émincer un chou chinois ou de la viande de porc avec un couteau, aussi adapté soit il, n’est pas une mince affaire.

La base de ces raviolis reste la pâte. Vous pouvez l’acheter toute prête dans les magasins chinois du 13ème ou de Belleville, mais vous vous priverez du plaisir de tout réaliser vous mêmes  !

Pâte à raviolis jiaozi
Write a review
Print
Ingredients
  1. 400 g de farine
  2. 20 cl d’eau chaude
  3. 1 pincée de sel
Instructions
  1. Mettez la farine sur le plan de travail, formez un puis au centre et versez l’eau chaude (40ºc environ) au milieu en 3 ou 4 fois, rabattez la farine sur l'eau en pétrissant au fur et à mesure.
  2. Si votre pâte est trop dure, rajoutez un peu plus d'eau. Au début le mélange sera très collant, il faut pétrir pendant 5 bonnes minutes jusqu'à ce que la pâte soit lisse et souple.
  3. Une fois une boule formée laissez reposer pendant au moins 30 min à température ambiante.
  4. Lorsque la pâte a reposé, prélevez un morceau et roulez-le sur un plan de travail fariné. Il faut former des petits boudins réguliers.
  5. Découpez en portions d'environ 1.5 cm.
  6. Aplatir tout d’abord avec la paume de la main puis étaler finement avec un rouleau à pâtisserie. Attention il faut la travailler en rond, de l'intérieur vers l'extérieur en faisant tourner la pâte au four et à mesure, en affinant vers l’extérieur. Le centre du ravioli doit rester un peu plus épais pour éviter qu'une fois la farce déposée et le ravioli plié il ne s'ouvre à la cuisson. C'est pas grave s'il n'ont pas une forme parfaitement ronde, mais il faut qu'ils soient équilibrés pour mieux se plier. La taille idéale est d'environ 12cm de diamètre, mais ne vous inquiétez pas s'ils sont plus petits, vous réduirez la quantité de farce à l'intérieur.
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/

raviolis chinois pâte

En attendant que votre pâte repose, attaquez vous à la farce. 

IMG_2085

Farce pour raviolis chinois
Write a review
Print
Ingredients
  1. 250 g d'échine de porc haché
  2. 1 petit chou chinois émincé
  3. 2 c. à soupe d'huile de sésame
  4. 2 c.à soupe d'huile d'arachide
  5. 3 petits poireaux, blanc et vert
  6. 4 tranches de gingembre finement hachées
  7. 1 c. à soupe de sauce de soja
  8. Bouillon de volaille
  9. 1 c. à café de vin jaune ou de porto
  10. sel et poivre
  11. un torchon propre
Instructions
  1. Hachez finement le porc. (Nous on l'a fait à la main, je vous conseille le mixeur)
  2. Dans un grand saladier, mettez la viande hachée, l'huile de sésame, la sauce de soja, le vin jaune ou porto, le bouillon de volaille, salez et touillez jusqu'à l'obtention d'un mélange homogène.
  3. Rajoutez le gingembre, un peu de poivre et les poireaux hachés, vert compris. Mélangez de nouveau.
  4. Hachez le chou grossièrement. Si vous vous servez d'un mixeur électrique, allez y doucement; si les morceaux sont trop petits ils ne seront plus croquants après la cuisson et votre ravioli manquera de texture.
  5. Une fois le chou haché, mettez 1 c. à café de sel et mélangez. Si le chou a trop de jus, la farce sera trop liquide, le sel aide le chou à se lester d'eau. Laissez reposer le chou salé pendant 20 min, puis égouttez à l'aide d'un torchon propre.
  6. Enveloppez le chou avec le torchon, bien fermer le torchon, puis pressez fort, le jus sort à travers le torchon.
  7. Une fois votre chou égoutté, mélangez le chou haché et pressé avec le porc haché. Rajoutez 2 c.à soupe d'huile d'arachide (ou de tournesol si problèmes d’allergies).
  8. Votre farce est prête !
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
Le façonnage

Une fois votre farce est prête vous n’avez plus qu’a remplir vos raviolis. Déposez une petite cuillerée de farce au centre des cercles de pâte et refermez en rabattant la moitié du ravioli en demi-lune. Fermez en appuyant fermement sur le pourtour en pinçant la pâte. 

Nos photos n’étant pas très explicites sur ce point, et une explication étant nécessaire pour acquérir le coup de main je vous réfère à la vidéo de Margot Zhang, une experte qui tient des cours de cuisine chinoise à Paris. 

 

 

IMG_2133

A droite, un ravioli exécuté par la main experte d’Eric. A gauche, le mien… Mais en persévérant j’ai fini par y arriver !IMG_2141

La cuisson

Pour faire cuire vos raviolis, vous aurez besoin d’une grande casserole (environ 3 litres en volume), 2 litres d’eau et un écumoire.

Plongez vos raviolis dans l’eau bouillante. En fonction de la taille de votre casserole veillez à ne pas mettre plus de 10/15 raviolis simultanément pour éviter qu’ils se collent entre eux à la cuisson.

Avec l’écumoire, touillez l’eau dans le sens de l’aiguille pour éviter que les raviolis ne collent le fond de casserole.

Laissez cuire pendant 6-7 min en fermant avec un couvercle, ajoutez 2-3 min de plus si c’est sans couvercle.

Ils sont cuits quand ils flottent à la surface, les bords sont devenus un peu translucides et ils ont bien gonflés. Pour vérifier vous pouvez en prélever un et tapoter la pâte gonflée sans la briser, si elle ne m’affaisse pas, ils sont cuits.

Sortez les raviolis avec l’écumoire et égouttez 2/3 secondes avant de les réserver. 

L’idéal c’est de passer à table tout de suite et refaire des fournée au fur et à mesure qu’ils disparaissent. Mais si vous êtes nombreux ou que vous voulez les préparer un peu à l’avance, il faut penser à les disposer de façon aérée pour éviter qu’ils collent (pas comme nous!) 

 

IMG_2151Pour éviter nos déboires, (ils avaient bien collés et se sont percés quand on a voulu les séparer) vous pouvez les disposer sur des feuilles de salade. En plus ça fera plus joli pour la présentation. Jiaozi - Raviolis chinois

 

 

 

 

 

 

Si vous en avez trop, sachez qu’il se congèlent parfaitement crus, et qu’ils dépannent bien en cas de faim impromptue ! Plongez les dans de l’eau bouillante et rajoutez 3/4 mn à la cuisson pour qu’ils soient parfaits.

Pour la sauce :

Notre sauce était composée de 1 cuillerée à soupe de sauce soja, 1 cuillerée à soupe de vinaigre, 1 cuillerée à café d’eau de cuisson pour éclaircir et 4 gousses d’ail pilé. Un régal. 

Et que boire avec ça ?

Nous on a trouvé que ça se mariait particulièrement bien avec un vin blanc fruité, type chardonnay chilien, ou encore un vin blanc plus gras, type viognier. Si vous avez le budget le meilleur accord reste un condrieu. A une quarantaine d’euros en moyenne, ce n’est pas un vin pour tous les jours, mais bon, c’est le nouvel an ! 

Santé et bon appétit !

Terroirs asiatiques : les raviolis du Nord Est de la Chine

Raviolis chinois grillés

Paris, Restaurant, Voyages | février 6, 2016 | By

Je dis volontiers que j’aime la cuisine asiatique. Proférer cette formule est en soi un non-sens équivalent à parler de cuisine européenne, car qu’est-ce que la cuisine polonaise et la portugaise ont-elles en commun en dehors d’un continent ?  

Au menu des restaurants espagnols à l’étranger vous trouverez les stars des différentes cuisines régionales, qu’elles soient spécifiques des doux climats méditerranées, des verdoyantes contrées de la côte atlantique ou des terres sèches de l’Estrémadure.

Avec le temps et les voyages j’ai compris que ce qu’on pouvait retrouver dans les restaurants chinois ou japonais en Europe était ce même assemblage de spécialités exportées, dépourvu de cohérence géographique et sans la notion de terroir qui m’est de plus en plus chère.

A Paris, les quartiers ayant accueilli une forte immigration chinoise regorgent de petits établissements qui proposent des spécialités régionales. J’aime bien ce type de restaurant car en plus d’être dépaysants et de faire découvrir des plats inhabituels ils représentent la volonté de partager un morceau de « chez soi », des bonnes choses qui forgent les identités par rapport à la terre.

L’approche du nouvel an chinois a réveillé mes envies de Jiaozi, une spécialité chinoise du nord est. Ce ne sont pas des vapeurs mais des raviolis -généralement farcis au porc et au choux- bouillis; met incontournable des festivités du nouvel an. Une enquête approfondie sur internet a conduit nos pas jusque la rue Civiale, où à quelques mètres à peine du métro Belleville se trouve une bicoque spartiate, d’à peine 20m2 qui loge Les raviolis du Nord Est de la Chine.

 

raviolis chinois Paris

11 rue Civiale 75020 Paris

Dans cet endroit improbable et défraîchi, où la convivialité s’impose et frôle la promiscuité sur la poignée de longues tables partagées, vous pouvez retrouver toute l’année la magie du nouvel an chinois, matérialisée sous forme de demi lunes dorées.

Carte raviolis chinois du nord est

L’établissement ne propose que des raviolis, bouillis ou bouillis puis grillés, par assiettes de 10 pièces à 5€, ou encore sous forme de grand bol de soupe à 8€. Un délice à prix imbattable !

Le côté croustillant des raviolis grillés (qui les rapproche des gyoza japonais) vaut les quelques calories en plus. 

Porc et poivron, porc, ciboulette et crevette, bœuf céleri, bœuf choucroute (chou chinois cuit, en fait) tous sont un régal. 

Raviolis chinois grillés

Vous pouvez accompagner votre repas de quelques salades simples et relevées (nous avons opté pour la salade de cacahuètes, concombre et carottes) et bien sûr des incontournables Tsing Tao, servies en grandes bouteilles à partager. 

salade de cacahuètes Raviolis chinois Paris Belleville

Tsing tao

Si vous n’aimez pas l’idée de sacrifier toutes vos affaires à la purification par le feu pour les délivrer de l’odeur de friture persistante qu’un passage au restaurant leur imposera, vous pouvez opter pour la formule surgelée à emporter.

La quantité minimum est de 100 pièces, mais vous pouvez panacher 2 goûts et faire 50 pièces de chaque. A 25€ la centaine, vous aurez de quoi reproduire chez vous souvent et longtemps ces petits festins chinois. Pour toutes ces soirées où, malgré la faim, envisager le passage en cuisine vous fatigue d’avance, c’est une alternative rapide et exotique à la plâtrée de pâtes  !

Plongez les dans de l’eau bouillante avec un peu de vinaigre ou de sauce soya : ils seront prêts en 5mn à partir de la reprise du frémissement.

Bonne année du singe à tous !

Ragoût de queue de bœuf à l’andalouse

Queue de bœuf à la façon de Cordoue

Recette, Voyages | février 4, 2016 | By

J’ai décidé de m’attaquer à l’élaboration de nos albums photo. Sachant que j’ai environ 8 ans de retard, qu’on fait 2/3 grands voyages par an, et que, en fait, on shoote tout en mode japonais qui débarque, autant vous dire que j’ai du boulot.

Pour le dernier album auquel je me suis attaquée j’ai dû faire le tri parmi les 2300 photos de notre voyage à Bali. Une des multiples excursions que nous avons faites comprenait un trek dans la vallée de Munduk, un petit village niché au cœur des plantations de girofliers, caféiers et vanilliers. 

Clous de girofle séchant au soleil, Bali

Clous de girofle séchant au soleil, Bali

Les girofliers sont des arbres très hauts qui poussent dans les pentes escarpées des montagnes alentour. Les hommes se perchent au sommet pour faire la récolte dans des petits paniers, les femmes s’occupent de les étaler dans des enclos pour sécher au soleil.

Justement alors je réfléchissais à ce que je pourrai mijoter pour faire honneur à mes clous de girofle ramenés de Bali, j’ai vu en vitrine d’une boucherie des queues de bœuf. (Euh…c’est tout à fait normal de faire du lèche vitrine chez le boucher… je ne vois pas de quoi vous parlez.)

La queue de taureau, rabo de toro, est un classique de Cordoue, dans le sud de l’Espagne. Toute ma famille étant andalouse cette recette fait naturellement partie du carnet de ma mère. Le bœuf est un peu plus gras que le taureau, mais il fait tout à fait l’affaire pour me replonger en enfance avec ce ragoût qui parfume toute la maison.

Queue de boeuf crue

Queue de bœuf

Je vous accorde que la vue de ce morceau de viande n’est pas en soi très appétissante. Mais si vous saviez comment le fondant de ce plat rustique et corsé peut faire frétiller votre palais, vous saliveriez d’avance !

Queue de bœuf - Rabo de toro à la façon de cordoue
Serves 2
Write a review
Print
Cook Time
2 hr
Cook Time
2 hr
Ingredients
  1. 2kg de queue de taureau ou de bœuf (c’est lourd, mais il n’en reste pas grand-chose une fois les os retirés)
  2. 2 oignons
  3. 2 carottes
  4. 1 boîte de poivrons rôtis, (il y en a chez Franprix, les portugais s’en servent aussi)
  5. Huile d’olive
  6. 2 feuilles de laurier
  7. 3 clous de girofle
  8. Sel
Instructions
  1. Faites bouillir les queues de boeuf dans une cocotte minute avec les oignons, les clous de girofle et une feuille de laurier pendant 1h.
  2. Sortez la viande, réservez 1 litre de bouillon et les oignons cuits.
  3. Dans une cocotte ou une sauteuse profonde, faites revenir la viande 5mn dans un peu d'huile d'olive. Rajoutez les poivrons et les carottes coupées en mirepoix, les oignons, une feuille de laurier, 250cl de vin blanc et 250cl de bouillon.
  4. Laissez cuire à feu moyen, en rajoutant de l'eau de temps en temps pendant 1h.
  5. Quand la viande est fondante, réservez là, passez la sauce au mixeur avec un peu de bouillon et replongez la viande dans la sauce. Pour un goût un petit peu plus corsé, rajoutez une cuillère à café de cacao dégraissé amer.
  6. Régalez vous !
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
20160204_134545 20160204_140521 20160204_145511 20160204_150050

Queue de bœuf

Queue de bœuf à la façon de Cordoue

Pastèis de nata

20160203_111408

Recette, Voyages | février 3, 2016 | By

On adore voyager. En dehors du dépaysement toujours bienvenu, nos voyages sont une source intarissable de découvertes culinaires, qui, si on arrive à les reproduire, permettent de perpétuer le plaisir d’être parti longtemps après le retour.

Il y a deux ans nous avons passé une semaine complète en amoureux à Lisbonne, où nous avons, de façon assez décomplexée pour une fois, axé le séjour sur la gastronomie. De fil en aiguille, soit de sardines grillées en poulpe au four, mon gras s’est anobli avec des rajouts savoureux.

Le charme simple et décadent de cette ville se poursuit à Belem, à quelques arrêts de tram du centre-ville, où un splendide monastère et une tour se dressent pour guider les touristes. Sous le soleil de plomb d’un midi du mois d’août, nous n’avons pas eu le courage d’attendre les heures de queue qui se dressaient entre nous et l’accès aux lieux… Mais après un déjeuner sous la tonnelle nous l’avons trouvé pour nous faire un quatre heures des célèbres pastèis de Belém. Une histoire de priorités ! 

Ces pâtisseries, sorte de petits flans sur une pâte feuilletée, se mangent tièdes, juste sorties du four. 

« Papilles et Pupilles », un blog de cuisine succulent que je vous recommande, raconte l’histoire de ces petites choses gourmandes. 

Au début du XIXe siècle, il y avait à Belém, jouxtant le Monastère des Hiéronymites, une raffinerie de sucre de canne couplée à un petit magasin. Suite à la révolution de 1820, les couvents sont fermés. Pour subsister, un des anciens occupants du monastère décide se reconvertir dans la pâtisserie et commercialiser les petites tartelettes qui étaient auparavant réservées au clergé.

Depuis les Pastéis de Belém sont confectionnés dans les installations annexes de l’ancienne raffinerie, selon la recette originelle transmise aux maîtres-pâtissiers successifs. Jalousement gardée, elle est pas facile à reproduire.

Je suis plus cuisinière que pâtissière, ça, c’est plutôt le champ d’expertise de Crème Fraîche. Mais de temps en temps, je me lance. 

A la recette proposée par Papilles et Pupilles, j’ai préférée celle de Ricardo, que j’ai légèrement ajustée pour faire avec ce qu’il y avait dans mes placards.

Pasteis de nata
Serves 14
Write a review
Print
Prep Time
40 min
Cook Time
20 min
Prep Time
40 min
Cook Time
20 min
Ingredients
  1. Une pâte feuilletée de 250gr
Garniture
  1. 125 ml de sucre
  2. 45 ml de Maizena (fécule de maïs)
  3. 4 jaunes d’œufs
  4. 1 œuf
  5. 500 ml de lait
  6. 30 ml de sirop d'erable (la recette originale est avec du sirop de maïs, mais je n'en avais pas)
  7. Le zeste d'un demi citron, en grosse pelure
Instructions
  1. Pâte
  2. Sur un plan de travail légèrement fariné, dérouler la pâte et à l’aide d’un pinceau, badigeonner de beurre toute la surface de la pâte. Rouler fermement et mettre au frigo 30mn.
  3. Couper les extrémités du rouleau. Trancher en rondelles d’un centimètre environ.
  4. Sur un plan de travail fariné, abaisser finement chaque rondelle à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Avec les mains, foncer les moules. Vous pouvez vous servir de moules silicone pour muffin, sans les remplir à ras bord. Réserver au réfrigérateur le temps de préparer la garniture.
  5. Garniture
  6. Placer la grille au centre du four. Préchauffer le four à 270 °C. (si, si, c’est chaud, c’est vraiment 270ºC.
  7. Dans une casserole, hors du feu, mélanger le sucre et la fécule. Ajouter les jaunes d’œufs, l’œuf entier et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Ajouter le lait, le sirop d’érable, et le zeste de citron. Bien mélanger.
  8. Porter à ébullition à feu moyen en fouettant et en raclant le fond et les parois de la casserole. Laisser mijoter jusqu’à ce que le mélange ait épaissi. Avant que le mélange prenne, retirer les zestes de citron. Retirer du feu.
  9. À l’aide d’une cuillère, répartir la garniture dans les moules à tartelettes. Lisser le dessus de la garniture avec le dos de la cuillère pour égaliser.
  10. Cuire au four immédiatement de 13 à 15 minutes ou jusqu’à ce que la garniture soit bien caramélisée et que la pâte soit croustillante. Laisser tiédir avant de démouler.
  11. Saupoudrer de cannelle moulue au moment de servir.
Notes
  1. Attention ces petites gourmandises se mangent immédiatement, dans la journée ou au pire le lendemain. Elles ne supportent pas la congélation et se conservent difficilement.
Adapted from La cuisine de Ricardo
Crème fraîche et huile d'olive http://www.cremefraiche-huiledolive.fr/
Pasteis de nata pas à pas

Pasteis de nata pas à pas

20160203_110724

Vous pouvez aussi utiliser des caissettes à muffin, tout en prenant soin de ne pas les remplir à ras bord. 

20160203_110729

20160203_111013

Et voilà le résultat, encore chaud. Plus qu’à saupoudrer de cannelle ! 

20160203_120033

Ce qui va être dur, c’est de ne pas tous les manger d’un coup ! 

Les P’tites indécises

https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AP1250194_Paris_XI_place_de_la_Fontaine-Timbaud_cafe_rwk.jpg

Paris, Restaurant | février 3, 2016 | By

Dans notre coin du 11ème arrondissement, en dehors des grandes terrasses de Ménilmontant, on peine à trouver un coin à l’extérieur où s’aérer l’esprit.

Pour profiter des rayons de soleil avec vue sur une placette verdoyante ou pour entendre la pluie battre les grandes baies vitrées ouvertes sur la ville, les P’tites indécises sont un véritable lieu de vie qui nous attire toute l’année au 2 rue des Trois Bornes 75011.

Sa déco pêchue et colorée agrémente un espace multifonction, agréable à toute heure et qui désemplit pas. Sa terrasse compacte rue Jean Pierre Timbaud – où l’on s’assoit côte à côte pour contempler la vie du quartier- est accessible été comme hiver. Les quelques grandes tablées côté place font le bonheur des groupes de copains.

On y croise souvent nos voisins, que ce soit pour un (excellent) café rapide à 1€ sur le comptoir, le brunch tardif du dimanche, ou une bière à l’apéro. Leur WIFI gratuit attire étudiants et freelance en journée, je n’ai jamais vu, en 5 ans, la salle vide.

Nous aimons les expériences gastronomiques de haut vol, mais il faut bien manger tous les jours. Pour toutes ces occasions où une journée éprouvante nous éloigne de la cuisine, Les P’tites indécises est notre cantine. Mais que le mot cantine ne vous induise pas en erreur, manger chez eux fait le bonheur de nos papilles !

En dehors d’une cohérence dans l’assiette, qui pour un prix très raisonnable varie entre bonne et délicieuse en fonction des jours, ce qui nous fait revenir est le service. Marre de ces serveurs désabusés qui vous jettent le menu comme s’ils vous faisaient une fleur ? Vous avez l’impression d’être pris de haut parce que vous avez demandé un sucre en plus, du sel, ou un peu plus de pain ? Aux P’tites indécises, l’équipe fait la différence : ils sont gentils, efficaces, vous accueillent avec le sourire et ne mettent jamais bien longtemps à vous servir. On y entend souvent un joyeux pot-pourri de langues, et j’ai déjà vu les serveurs donner aux touristes le mode d’emploi de la préparation d’un tartare, fourchette à l’appui.

De grandes ardoises annoncent le menu, qui varie entre le midi et le soir. La chef propose une cuisine traditionnelle de bistrot, avec des produits frais et fait maison en portions généreuses qu’elle agrémente de touches imaginatives. Tartare de bœuf, décliné aux épices thaï ou au pesto. Salade César, dont le poulet mariné et tendre, sans panure, le démarque de tous les équivalents du quartier. Pavés de poisson blanc sur lit de légumes grillés, un bonheur en mode détox. Une énorme crème brûlée au Nutella saupoudrée de spéculoos, qu’il faut partager pour finir.

Le week-end une carte limitée vous permet de manger toute la journée, mais attention, en dehors des horaires standards (12h-15h, 19h-23h) surtout l’après midi, l’équipe réduite en cuisine se ressent dans l’assiette. Ça reste bon, mais sans éclat.

Bref, une cuisine constante, avec quelques bonnes surprises à des prix très honnêtes. Une excellente cantine, midi et soir !