Crème fraîche et huile d'olive

Xiao long bao : des raviolis shanghaïens

20160219_133039

Paris, Restaurant | février 21, 2016 | By

Il y a un certain nombre d’années (le chiffre me déprime, je vais donc rester vague) nous avions fait un voyage en Chine, et parcouru Pékin, Shanghai et Hong Kong. A Shanghai, de la main d’un ami d’ami nous avions découvert dans une cantine locale hors des sentiers battus des petits dim sums vapeur, auxquels nous avons donné l’appellation de raviolis shanghaiens. Nous en avions mangé jusqu’à l’indigestion, une bonne trentaine chacun, tellement ils étaient délicieux.

Depuis nous n’avons cessé de tester tout type de vapeur et dim sum, toutes sortes de raviolis chinois, en espérant retrouver l’émoi gustatif de cette cantine shanghaienne.

Des amis de longue date nous ont fait le récit de leur émoi à Singapour avec des raviolis du restaurant Din Tai Fung, réputée chaîne taiwanaise de restaurants chinois. Ils nous faisaient part de leur découverte de petits raviolis beaux comme des petites brioches avec une farce juteuse, recouverts d’une pâte très fine sans levure.

Lorsqu’ils ont commencé à nous décrire le rituel : percer la peau, verser le jus sur une cuillère, aspirer la soupe puis tremper le ravioli dans la sauce avant de le porter à la bouche pour une expérience gustative inoubliable, j’ai tout de suite identifié nos raviolis shanghaiens, et découvert leur nom : Xiao long bao.

Ces raviolis remplis de soupe sont donc mondialement connus !

Avant cuisson, le ravioli est farci avec du porc ou un mélange de porc et de crabe et agrémenté d’un bouillon aromatique pris en gelée, qui à la cuisson, fond et remplit l’intérieur du ravioli de soupe. Pour les manger il faut donc les saisir délicatement sans les casser, percer un petit coin avec les dents, et soit aspirer directement le jus, soit le verser dans une cuillère pour le faire refroidir avant de le manger. Une fois vidés, ils se plongent dans une sauce mélange de vinaigre et de gingembre frais et se dégustent les yeux fermés (et pour ma part en poussant des soupirs de bonheur). 

Nostalgique j’ai donc cherché à Paris où est ce que je pourrai retrouver ces petits délices… et j’ai trouvé !

Le restaurant Autour du Yangtsé a deux adresses à Paris. Une avenue d’Italie dans le 13ème et une un peu plus chic dans le 9ème tout près de l’Opéra, 9 rue du Helder.

Avenue d’Italie le lieu est petit et étroit, n’essayez pas de venir en groupe, à plus de quatre ils ne pourront pas vous asseoir. Ça sent un peu le graillon, et les tables sont semblables à toutes celles des autres restaurants asiatiques du coin. Serviettes en papier et sauce déjà sur la table. 

Peu importe, ne venez pas pour le décor ! 

Ils proposent une carte très originale de cuisine chinoise inhabituelle à Paris qui vous fera sortir des habituels riz cantonnais et porc sauce aigre-douce. 

L’adresse à Opéra est un peu plus recherchée. Le cadre est assez quelconque mais on sent que la clientèle du midi se compose des bureaux autour et qu’elle est un peu plus exigeante. Le service est attentionné et souriant.  

Dans les deux adresses vous retrouverez des Xiao Long Bao qui méritent à eux seuls le détour. 

Bien que n’ayant pas la finesse – notamment au niveau de la pâte – de ceux dont nous nous sommes régalés la-bas, les retrouvailles ont été heureuses.   

Autour du Yangsté rue du Helder

Autour du Yangsté rue du Helder

Autour du yangsté Rue du Helder 75009

Autour du yangsté Rue du Helder 75009

20160219_133046

N’hésitez pas à vous régaler avec d’autres découvertes introuvables dans votre restaurant chinois de quartier comme ces aubergines farcies au porc. 

20160219_134013

Comments

Be the first to comment.

Leave a Comment

You can use these HTML tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>